• Accueil
  • > Archives
  • > 2010 – L’ Iran et autres problèmes – 3 janvier 2010

2010 – L’ Iran et autres problèmes – 3 janvier 2010

La Lettre de Jean-Louis CHARPAL                                                                                       Le 3 janvier 2010

N° 7

Le principal évènement, à mon sens, de la fin de l’année précédente et du début de celle-ci, est la révolte d’une partie du peuple iranien contre la dictature qui l’opprime et porte atteinte à sa dignité. Sans vouloir donner dans l’élitisme, il n’est pas douteux que ceux qui se battent actuellement au péril de leur vie représentent pour ce pays les hommes et les femmes capables du meilleur : maturité politique ,intelligence, conscience de la suprématie des valeurs humanistes d’émancipation et courage.

Malheureusement, force est de constater, comme toujours en pareil cas, que ces combattants de la liberté et de la dignité humaine ne reçoivent de l’extérieur aucun secours d’aucune sorte, ou du moins aucun secours efficace. Ils n’ont rien , absolument rien, à attendre de l’ ONU. Celle-ci, au service des Etats quels qu’ils soient, y compris des dictatures les plus abjectes, restera l’arme au pied; pour elle l’impuissance est un dogme et une condition de survie !

Certains hommes politiques de certaines démocraties, balbutient bien quelques formules creuses qui se veulent compatissantes, mais au fond ils savent bien que dans le cadre actuel d’un droit international basé uniquement sur les Etats-Nations, il n’y a « rien à faire ». De plus, s’ ils étaient au gouvernement de leur pays, seraient-ils condamnés à une prudence ,pour ne pas dire une lâcheté,  plus grande encore du fait d’intérêts particuliers, économiques, financiers ou diplomatiques à sauvegarder .

Autrement dit, les citoyens potentiels des dictatures ne peuvent compter que sur eux mêmes : ou ils sont en mesure de créer un rapport de force favorable comme en Roumanie à la fin de l’année 1989, et la démocratie gagnera la partie ou les forces obscurantistes et fascisantes sont les plus fortes et ceux qui se seront révoltés n’ auront plus que leurs yeux pour pleurer dans l’ attente de leur élimination, dans des conditions la plupart du temps atroces et dans l’indifférence générale.

C’ est pourquoi, personnellement, je n’éprouve aucun respect pour une « communauté internationale » incapable de promouvoir le moindre progrès des intérêts supérieurs de l’humanité et qui protège des dictateurs tortionnaires et assassins, quand ceux ci ne sont pas de surcroît fous, en partie ou complètement !

Qu’on pense également au calvaire que connaissent, entre autres, les peuples birmans ou coréens du nord, privés de toute liberté, de toute justice, de toute dignité et ce depuis des décennies! La clique militariste et fasciste birmane est composée de criminels ignobles, exploiteurs et sadiques; ils peuvent tout se permettre, ont droit de vie et de mort sur leurs compatriotes qui de plus ne disposent d’ aucune liberté de penser ! Cela ne les empêche pas d’ avoir « pignon sur rue » et de se pavaner à l ‘ONU ! Des particuliers qui commettraient le millième de leurs crimes seraient considérés comme de dangereux « sérial killers », mis au banc de la société et déclarés ennemis publics numéro un !

Quant au dictateur de Corée du Nord, il inflige depuis des années des souffrances sans fin à ses « sujets », alors que tout le monde sait que ce triste sire est effectivement complètement cinglé, il n’ y a pas d’autres mots .

Rien ne changera, par conséquent, tant que l’humanité ne disposera pas d’un Echelon Universel de Gouvernement déconnecté des Etats-Nations, au service de l’ Humanité toute entière et promoteur des valeurs démocratiques et de dignité de l’ Etre humain.

Rien ne changera non plus tant que les hommes et les femmes progressistes de la planète ne s’ uniront pas dans un mouvement universel, permanent et indépendant, destiné notamment à soutenir par tous les moyens leurs semblables qui luttent pour vivre debout, tels les combattants de la liberté en Iran.

Autant dire qu’il ne faut pas s’attendre en 2010, les choses étant ce qu’elles sont, à vivre des moments d’ intense bonheur, même si je souhaite qu’en Iran la liberté ait le dernier mot. D’ autant que par ailleurs, « le veau d’or est toujours debout », je veux dire et on l’aura compris, que la sauvagerie économique néo- libérale est toujours là, grâce ou à cause de la lâcheté, l’incompétence ou la corruption de l’ensemble du personnel politique des démocraties !

Laisser un commentaire

 

Comment faire plaisir aux f... |
Comité d'information des ci... |
oyemprid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mikou13
| L'éphéméride intemporel, le...
| Gaullistes de Marseille