• Accueil
  • > Archives
  • > ATTALI: un pyromane qui crie au feu – 2 novembre 2009

ATTALI: un pyromane qui crie au feu – 2 novembre 2009

La Lettre de J L CHARPAL                                                                                                     Le 2 NOVEMBRE 2009

N° 2

Il était très présent, avant la crise, dans les médias qui adorent les experts auto-proclamés. Dans un monde où la sauvagerie économique a supprimé les citoyens au profit des seuls producteurs et consommateurs, ces gourous de pacotille sont censés penser à leur place.

Mais depuis la crise, c’ est l’apothéose: pas un plateau de télévision, pas une émission de radio, sans que ce Monsieur ne vienne pérorer sur les causes et les remèdes à la « crise », comme si, sans lui, nous n’étions pas capables de comprendre le monde dans lequel nous vivons.

Le cynisme de ce personnage est sans borne. Il faut savoir qu’au début des années 80, il a fait partie de la fine équipe qui a jeté le peuple français en pâture aux sauvages de l’économie déréglée. Mitterrand , malade, usé par des décennies de lutte pour arriver au pouvoir, qu’il considérait non comme un moyen de mettre en oeuvre un idéal, mais comme une fin en soi, incompétent en économie, contrairement à son ami Mendès-France ( qui devait le changer de Bousquet… ), s’ est débarassé des questions économiques sur Delors, Fabius , Bérégovoy, et … Attali, sans oublier quelques sous-fifres du ministère des finances, hallucinés par les mirages de l’économie sauvage ( les « lois » du marché – au fait votées par qui ??).

Tout a été fait pendant deux septennats pour aligner totalement la France sur les pays anglo-saxons, sans essayer de sauver quoi que ce soit des principes mis en oeuvre pendant les trente glorieuses. Il fallait que toutes les régulations et interventions du gouvernement soient supprimées, pour que les spéculateurs parasites , créateurs de chômage, étendent leur emprise sur le pays sans aucune limite.

Attali a chanté frénétiquement les louanges de ce système là, dit néo-libéral, sans aucune retenue. Maintenant que le monde qu’il a voulu et célébré est en flammes, il a l’infâme culot de venir donner des leçons sur l’art et la manière d’éteindre l’incendie! Il fait penser à ces faux résistants se pavanant dans des tractions avant, décorées de la croix de Lorraine, le lendemain du départ des allemands de leur ville .

A un licencié de l’entreprise Continental, très en colère à juste titre , il n’a rien trouvé de mieux que de proposer que « les chômeurs bénéficient d’une sorte de contrat de travail, car chercher du travail peut être considéré comme l’équivalent d’un métier » (sic). On croit rêver .Faut-il avoir bac+10 pour concevoir de telles inepties ?

Des remèdes, Monsieur Attali, il y en a : - supprimer les produits dérivés , c’ est à dire l’économie de casino.

- interdire les délocalisations et les licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.

- instaurer une échelle de revenus de 1 à 30 (celui en vigueur dans les années 60, y compris aux Etats-Unis).

- interdire l’exigence délirante de profits par les entreprises de 15%, voire 20% .

- faire produire par les pays émergents les produits dont ils ont besoin et non des produits commandés par les multinationales au seul bénéfices d’actionnaires rapaces.

- empêcher que les spéculateurs achètent des entreprises uniquement en empruntant.

Voilà les combats que les hommes politiques auraient dû ou devraient mener, s’ils avaient été ou étaient dignes de ce nom , sinon au niveau de la planète, ce qui serait l’idéal, du moins au niveau de l ‘Europe. Mais y en a t-il encore, ne serait ce qu’ un seul, comme en 40 il y avait Churchill, seul contre tous ?

3 Réponses à “ATTALI: un pyromane qui crie au feu – 2 novembre 2009”

  1. soleilvert44 dit :

    Bonjour,
    Plutôt d’accord avec votre article. J’aime bien les personnes qui râlent avec des arguments que j’estime légitimes. Il est vrai que si nous écoutons Jacques Attali, c’est un peu Dieu le Père ! Enfin, c’est ce qu’il dégage quand il expose toutes ces belles théories sur le pourquoi du comment.Il possède même un don, celui de voyance, car il est capable de prévenir les sociétés de l’Avenir dans l’émission, dont il est l’invité d’honneur chaque semaine : « conversations d’avenir ».

    Il a des atouts ce Monsieur Attali. Il est très agréable à entendre parler…comme un livre ! Enfin, les donneurs de leçon ont toujours existé, et les meilleures brochettes se trouvent dans les « milieux autorisés, qui s’autorisent des trucs » comme disait Coluche, mais ce qui me désole le plus en France, c’est que nous sommes tous de très bons spécialistes de la tchatche. C’est un bon point pour les échanges, encore faudrait-il que les uns et les autres s’entendent et surtout s’écoutent. Mais c’est là que le bas blesse dans notre Pays !

    Je terminerai avec un proverbe disant que « l’acte est l’ombre de la parole » et nos politiques sont les champions pour se planquer derrière la leur. Bonne soirée

    Dernière publication sur Liberté de penser...... et d'écrire - Julie Tomiris : J'AIME LES ANIMAUX, PARCE QUE....

  2. lucie2de dit :

    Bonjour.

    Perplexe ,comme « tout le monde » et plongés que nous sommes dans un tohu bohu qui doit ressembler un peu à celui des origines,j’éprouve beaucoup de satisfactions à lire et à entendre les analyses de Jacques Attali.
    Sa finesse ,la subtilité désintéressée des propos m’apportent beaucoup d’éclairages sur nombre de zones d’ombre de notre monde désorganisé.
    Je prends chez Attali ce qui me paraît juste ,évident quand généralement il en est dit à peu près n’importe quoi et dans une certaine forme de panique et/ou fuite en avant.

  3. marie roche dit :

    sauf qu’il ne se trompe et que notre situation financière est très critique, de plus si l’Europe traine des pays qui sont en état de cessation de paiement comme la Grèce, l’Irlande, l’Espagne.

    interdire les délocalisations. Plutôt conseiller d’acheter local aux producteurs résidant dans un rayon de 30 à 200 km, plutôt que des produits légumes et fruits venant du sud de l’Espagne, et récoltés par les « esclaves marocains » gavés de pesticides dont certains interdits en France ou de poulets venant du Brésil à 2 € le kg ou de cochons en batterie ( les 15 millions de cochons représentant 57 % de la production française ), gavés d’antibiotiques et de produits vétérinaires interdits.

Laisser un commentaire

 

Comment faire plaisir aux f... |
Comité d'information des ci... |
oyemprid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mikou13
| L'éphéméride intemporel, le...
| Gaullistes de Marseille