• Accueil
  • > Archives
  • > DE L’ INTERNATIONAL A L’ UNIVERSEL – 26 MAI 2011

DE L’ INTERNATIONAL A L’ UNIVERSEL – 26 MAI 2011

 La Lettre de Jean-Louis CHARPAL    n° 22  

 L’ Humanité existe. L’ affirmer, c’est énoncer un truisme. Comme toute collectivité, qu’ elle soit locale ou nationale, celle-ci a des problèmes et des intérêts qui se situent à son niveau et qui ne peuvent être pris en compte que spécifiquement.

   De quoi s’ agit-il ? Du droit de vivre debout, dans la dignité. Droit imprescriptible et universel. Pour cela deux conditions sont à remplir.

   La première est de pouvoir subvenir aux besoins vitaux de chacun : manger à sa faim, boire une eau potable, accéder à un niveau de soins médicaux corrects, vivre dans un monde sans guerre, maîtriser la démographie et les pollutions.

   La seconde est d’ être respecté moralement comme personne humaine : liberté d’opinion, d’ expression, d’ association, de désigner et révoquer ses dirigeants, liberté de croire ou de ne pas croire, de pratiquer une religion ou n’ en pratiquer aucune, liberté d’ accès à l’instruction, l’ éducation, la culture. Travailler pour vivre et non vivre pour travailler, dans la plus grande justice sociale possible.

   On voit bien désormais que nombre de questions cruciales ne peuvent être traitées à l’ échelon national ou international.

   Les Nations servent égoïstement leurs propes intérêts. En s’associant de façon aléatoire et tatonnante, elles ne font  qu’ additionner des intérêts particuliers et contradictoires et ne servent guère les intérêts supérieurs de l’ Humanité.

   Celle-ci souffre actuellement de deux grands maux. La « dictature des dictateurs », puisque les pays ne respectant pas les droits de l’ homme sont légions, et la dictature des marchés qui ,elle, touche tous les peuples et tous les pays.

   L’ ONU, cet empilement surréaliste de démocraties décadentes, car empêtrées dans une forme de capitalisme particulièrement sauvage, et de dictatures odieuses, est impuissante à régler ces deux questions. 

   Dans l’ attente qu ‘émerge un jour un Echelon Universel de Gouvernement ( cf chapitre X de l’ essai « Refaire le Monde »),    l’Humanité ne peut améliorer son sort qu’ en le prenant directement en main. Il s’agit pour tous les démocrates progressistes de tous les pays de s’unir et de coordonner leur action de toutes sortes ( cf chapitre IX de l’ essai précité : « Le Rassemblement Universel des démocrates »).

   C ‘est ce qu’on voit émerger actuellement un peu partout, et qui prend forme peu à peu : en Amérique du Sud, dans les pays arabes, en Europe ( Grèce, Espagne, Portugal etc …). Internet n ‘est pas la panacée mais peut puissamment contribuer à coordonner les luttes émancipatrices.

   En l’ état actuel, ces démarches doivent ensuite être relayées par les échelons de pouvoir nationaux et inter-nationaux.

   Mais, instiller une dose de plus en plus grande d ‘universalisme aboutira peu à peu à substituer utilement au couple « National/International » un nouveau couple « National/Universel » porteur d’ espérances et d’améliorations du sort de l’Humanité toute entière.

     

Laisser un commentaire

 

Comment faire plaisir aux f... |
Comité d'information des ci... |
oyemprid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mikou13
| L'éphéméride intemporel, le...
| Gaullistes de Marseille