FAUT- IL FAIRE LA REVOLUTION ? 28 septembre 2010

La lettre de Jean-Louis CHARPAL                                                                                                     Le 28 septembre 2010

N° 18

Dans mes « écrits citoyens » qui se trouvent sur ce site, je crois avoir apporté suffisamment de faits et de chiffres qui démontrent que le monde dans lequel vit l’ Humanité toute entière n’ est pas acceptable.

Inégalités abyssales, injustices notamment sociales, souffrances au travail, esclavagisme rampant ou affiché, sauvagerie économique (capitaliste en l’ occurrence) mondialisée, barbarie financière, dictature des marchés sont autant de maux qui font dire à tous les hommes, ou femmes, de bonne volonté que l’ Humanité « marche sur la tête ».

Dans les écrits sus évoqués, nombreuses sont les pistes et propositions constructives, dont je ne prétends évidemment pas détenir le monopole, qui sont de nature à remettre l’ Humanité « sur ses pieds », à commencer par soumettre l’ économie à la volonté des peuples souverains et à la mettre au service de l’ Homme.

Le problème est que l’ oligarchie ultra minoritaire et mafieuse ( en clair les spéculateurs) qui se gavent des richesses produites par les travailleurs salariés ou non de l’ économie réelle et qui a transformé tous les politiciens en marionnettes dont elle tire les ficelles, ne cèdera rien d’ elle même.

Changer le monde pour qu’il devienne vraiment plus humain et plus juste ne pourra se faire que contre elle. Elle ne reculera que devant une force supérieure à la sienne. C’ est pourquoi une Révolution dans le plus de pays possible, est incontournable.

Je comprends l’ objection: on sait quand et pourquoi une Révolution commence, mais on ne sait jamais quand ni comment elle finit.

Je suis pourtant convaincu qu’ au stade de son histoire où l’ Humanité est arrivée, une Révolution non sanglante et sans violence est possible. Il n’est pas nécessaire que le sang coule dans le caniveau pour que les choses s’ améliorent pour tous de façon significative .

En 1936, le Front Populaire a démontré que par la grêve générale et l’ occupation des usines, on pouvait obtenir la satisfaction de ses revendications. Mai 68 quant à lui, a démontré de la même façon, qu’un pouvoir même extrêmement fort, et le pouvoir gaulliste l’ était, pouvait être mis à genoux en quelques semaines.

Pour mettre hors d’ état de nuire le Veau d’ Or, ses pompes et ses oeuvres, la meilleure arme est la grêve générale de la production et de la consommation ( sauf le strict nécessaire à la survie) et les manifestations pacifiques mais déterminées dans le plus grand nombre de pays qu’il est  possible. Rien de tel pour mettre à terre et très vite ces fameux « marchés », non élus, et qui décident de tout!

DEMOCRATES PROGRESSISTES DE TOUS LES PAYS UNISSEZ VOUS !

DEMOCRATES PROGRESSISTES DE TOUS LES PAYS REVOLTEZ VOUS !

Laisser un commentaire

 

Comment faire plaisir aux f... |
Comité d'information des ci... |
oyemprid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mikou13
| L'éphéméride intemporel, le...
| Gaullistes de Marseille