• Accueil
  • > Archives
  • > LE MIRAGE DE L’ IDENTITE NATIONALE – 2 février 2010

LE MIRAGE DE L’ IDENTITE NATIONALE – 2 février 2010

La Lettre de Jean-louis CHARPAL                                                                                         Le 2 février 2010

N° 9

Ce débat, s’il n’y avait les visées nauséeuses de politiciens sans scrupules, nous obligeant à la plus grande vigilance citoyenne, serait franchement risible ! Vraiment ! Pourquoi ? Tout simplement parce que l’identité nationale en France,   en tant que notion spontanée et naturelle, comme allant de soi, n’existe pas, n’ a jamais existé et n’existera jamais!
Il faut regarder notre histoire en face depuis les gaulois et tirer tous les enseignements de la géo-politique.Il n’y pas de peuple plus hétéroclite , éclaté et morcelé  que le peuple français ! Ce bout de terre qu’est notre territoire métropolitain est le « finistère » au sens littéral du mot, d’un immense continent : des quantités invraisemblales de peuples y sont venues qu’il est presqu’impossible de recenser : des celtes, grecs, romains, francs, wisigoths, ostrogoths, burgondes, huns,vikings etc…etc… Nous sommes les plus corniauds qu’on puisse imaginer! Et ç’ est très bien comme ça !
Au plan idéologique, il en est de même: aucune unité de pensée, mais une diversité quasiment schizophrène: des monarques de droit divin pendant des siècles, des provinces insoumises, puis des jacobins unifiant tout, des réactionnaires en tout genre, des bigots et des mécréants, des aristos et des gavroches, des révolutionnaires en veux tu en voilà, des conformistes impénitents, tous se fichant la raclée à la moindre occasion : 1789, 1830, 1848, la Commune, la séparation de l’Eglise et de l’ Etat, le Front Populaire, Vichy et la Résistance, mai 68 ( sans parler de la « prochaine » occasion…).
Le « gag » de l’identité française, c’est qu’elle se définit comme étant indéfinissable, et là réside son caractère spécifique! Pour l’un, la France, ce sont les rois et l’église catholique, les cathédrales et jeanne d’Arc, pour un autre la France ce sont ses écrivains et penseurs : Rabelais, Montaigne, Montesquieu, Voltaire, Diderot et Rousseau, des « lumières émancipatrices », pour un autre la France c’ est la prise de la Bastille, les révolutions et luttes du 19è siècle, Blanqui, révolutionnaire qui a passé presque toute sa vie en prison, les utopistes anarchistes, pour un autre encore c’est Pétain, vainqueur de Verdun, la France! Et pour cet autre c’est De Gaulle, condamné à mort par le régime de vichy.
Elle est où l’unité là dedans, M. Besson ? Je vous le demande!

La vérité à mon sens, c’est que la nation française existe, oui , incontestablement, mais c’est le résultat de la volonté de gens que tout sépare, de vivre quand même ensemble, sur un même territoire, parce que les hasards et nécessités de    l’ Histoire les ont mis là et que comme ce sont avant tout des êtres humains, et qu’il y a dans chaque culture un aspect humaniste, en mettant bout à bout ce qu’il y a de meilleur en chaque « communauté » et en chaque homme (et femme) on a fini par faire cette nation qui n’est ni meilleure ni pire que les autres .
Dans tous les peuples, et on en arrive à l’essentiel, c’est à dire à l’universel, il y a des salauds, des imbéciles et des gens formidables ! C’est pourquoi l’identité nationale n’existe pas en elle même et n’a donc pas de valeur intrinséque, comme si elle était tombée du ciel.
Ce sur quoi il faut insister, c’est sur les valeurs humanistes : elles seules valent qu’on se batte pour elles, partout dans le monde, tous ensemble ! Chacun peut dire: j’aime ma région où je suis né, j’aime mon pays, (s’il est respectable , c’ est à dire s’il respecte les valeurs humanistes) et j’aimerai quand il existera, l’échelon universel de gouvernement au service de l’humanité. Aucun de ces échelons de pouvoir ne s’exclut mais se complète.
Mais surtout ce qu’il faut sans cesse répéter, c’est que : CE QUI RASSEMBLE LES HOMMES EST BIEN PLUS GRAND QUE CE QUI LES DIVISE !

*                                    *

*

Deux affaires ne grandissent pas celui qui fait fonction de président de notre pays, mais ce qui est plus grave, flétrissent notre République.

La première est l’affaire Proglio, ce personnage paraît-il extraordinaire, qui devait toucher deux rémunérations « gargantuesques » au titre de haut responsable de deux entreprises importantes, dont une de service public. Finalement devant la levée de boucliers des simples citoyens qui commencent et c’est nouveau, à vouloir qu’on tienne compte de leur avis, le pouvoir officiel et officieux des « privilègiés » a reculé ! Ce qui est choquant, c’est que d’eux mêmes ces privilégiés n’ont pas,  dans le contexte actuel, compris l’ obscènité de telles rémunérations !

La seconde, ce sont les derniers rebondissements de l’affaire Clearstream. La plupart des gens censés, à gauche comme à droite, perçoivent de plus en plus fortement que ce régime vient de « toucher le fond ». De Villepin est un homme politique comme les autres, ni meilleur, ni pire. L’ acharnement et le harcèlement dont il est l’objet de la part de quelqu’un qui considère le pouvoir comme son jouet, et comme son pire ennemi, à abattre par tous les moyens, toute personne qui pourrait menacer la béatitude extatique que sa possession procure, revêtent une dimension pathologique. Il ne s’agit plus seulement d’incompétence, mais d’inaptitude à la fonction.

Laisser un commentaire

 

Comment faire plaisir aux f... |
Comité d'information des ci... |
oyemprid |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mikou13
| L'éphéméride intemporel, le...
| Gaullistes de Marseille